Le Tableau de bord ANAP : un outil qui se concrétise !

L’ANAP a pour mission d’accompagner les établissements de santé et médico-sociaux et les ARS (Agences Régionales de Santé) dans le cadre d’un programme de travail voté annuellement par son conseil d’administration :

« L’agence [ANAP] a pour objet d’aider les établissements de santé et médico-sociaux à améliorer le service rendu aux patients et aux usagers, en élaborant et en diffusant des recommandations et des outils dont elle assure le suivi de la mise en œuvre, leur permettant de moderniser leur gestion, d’optimiser leur patrimoine immobilier et de suivre et d’accroître leur performance, afin de maîtriser leurs dépenses. » Article L6113-10 du Code de la santé publique

anap

C’est dans cette optique d’amélioration du service rendu que l’ANAP expérimente, depuis 2010, un vaste projet de mise à disposition d’un « tableau de bord », véritable outil de pilotage de la performance pour les établissements et les services médico-sociaux.

Piloter la performance dans le secteur médico-social

Le Tableau de bord ANAP de la performance est destiné à l’ensemble des établissements et services du secteur médico-social. Il intègre quatre domaines habituellement suivis par ces établissements et services :

  • les prestations de soins et d’accompagnement dispensées par les structures,
  • les ressources humaines et matérielles déployées,
  • les finances et budget,
  • les objectifs suivis par les structures (dans une dynamique d’amélioration continue de la qualité des prestations).

Chaque domaine est analysé de plusieurs manières et construit sur trois niveaux :

  • des indicateurs de dialogue qui permettent à une structure d’échanger avec ses partenaires ;
  • des données de caractérisation qui permettent de décrire les spécificités de chaque structure et de calculer les 43 indicateurs retenus ;
  • des indicateurs clés d’analyse permettant d’approfondir la lecture des indicateurs de dialogue de gestion et de mener un pilotage interne de la structure.

Les finalités du Tableau de bord ANAP sont ainsi de plusieurs ordres. Il permettra avant tout de favoriser les échanges d’informations et de faciliter le dialogue entre les structures et organisations avec leurs organismes gestionnaires et partenaires (ARS et les Conseils Généraux). Par ailleurs véritable outil de pilotage interne des structures et destiné à être « exploité » dans ce sens par les directions, il participera à la diffusion d’une culture du pilotage, de la mesure et de l’évaluation dans nos structures médico-sociales. Ainsi, dès sa prise en main, il permettra par exemple à une structure de pouvoir se situer par rapport aux autres. Enfin, plus globalement, il renforcera la connaissance de l’offre médico-sociale sur les territoires et permettra de mieux, et plus rapidement, répondre aux demandes.

Le Tableau de bord ANAP, concrètement

Nous avons déjà, récemment, eu l’occasion de consacrer différents articles aux « tableaux de bord ». Ainsi celui élaboré par l’ANAP et dont il est question ici offrira des caractéristiques similaires à celles que nous décrivions alors : en présentant de manière synthétique, sous forme de tableaux ou de graphiques, un ensemble d’indicateurs pertinents renseignés continuellement, il permettra le suivi précis de la performance et des résultats des objectifs visés.

Le Tableau de bord se présente sous la forme d’un portail web et sera de cette manière accessible à tous les acteurs concernés à partir d’une simple connexion internet.

Un « chantier » ambitieux

Véritable outil métier, la conception du Tableau de bord (définition de son architecture, élaboration et sélection de ses indicateurs, etc.) a impliqué de nombreux professionnels de terrains ainsi que des représentants de différentes institutions directement concernées : DGCS, CNAMTS, CNSA, ANESM, ARS, Conseils Généraux.

Le Tableau de bord a, dès 2011, été soumis à une phase d’expérimentation qui a sollicité presque 500 établissements et services représentant 19 catégories d’ESMS (en partenariat avec cinq ARS et huit Conseils Généraux concernés et qui ont été étroitement associés à cette démarche d’expérimentation).

Une seconde phase d’expérimentation, ayant pour objectifs de faire évoluer l’outil, a eu lieu en 2012-2013, avec cette fois un doublement du nombre d’établissements sollicités et auprès des mêmes ARS et un élargissement du nombre de Conseils généraux.

Fin 2013 la généralisation du Tableau de bord fut programmée pour débuter en 2015 et c’est effectivement cette année qu’il entre dans cette phase de généralisation, planifiée sur une période de 3 années au terme de laquelle l’ensemble des ARS sera entré dans la démarche (à raison d’un minimum de 5 nouvelles ARS chaque année).

Nous pouvons donc déjà annoncer que nous aurons l’occasion d’en reparler afin, par exemple, de vous décrire plus précisément ses fonctionnalités.

Les commentaires sont fermés.