Dans le cadre de notre développement nous envisageons de recruter un analyste décisionnel. Pourrions-nous compléter son temps par la mission de DPO ?

Il y a très peu d’organismes gestionnaires dont la taille justifie un poste de DPO à temps plein, c’est donc une bonne idée de coupler cette mission avec une autre. Néanmoins, dans ce cas précis, il y a un risque fort de conflit d’intérêt (article 38 alinéa 6 du RGPD). Le DPO ne peut en effet pas être « juge et partie » c’est-à-dire déterminer les finalités et les moyens d’un fichier et se prononcer sur la licéité ou l’impact d’un traitement. La mission d’un analyste décisionnel consiste, entre autres, à croiser les fichiers pour en extraire des représentations (indicateurs, tableaux de bord). Le conflit d’intérêt nous semble ici constitué.

Les commentaires sont fermés.